Menilles autrefois

Ménilles, autrefois

Du XIè siècle jusqu’à nos jours, l’avènement du christianisme, la guerre de Cent ans, la vigne, la Révolution française, le chemin de fer, l’industrie et la Seconde guerre mondiale ont marqué l’histoire de Menilles.

Près de 1000 ans d’histoire…

Probablement au temps de Charlemagne et des Mérovingiens, quelques familles ont fondé entre rivière et colline un lieu dont l’origine du nom Menilles est encore incertaine.

De Menila au XIè siècle, Menilae au XIIIè, puis Menillum, la possibilité d’une déformation de mesnil qui, en ancien français, nomme une petite ferme a été envisagé. Comme les villages voisins d’Aigleville, Cocherel, Hardencourt, Hécourt, constitués sensiblement à une époque située entre les Vè et IXè siècles, il est vraisemblable que Menilles existait aussi au temps des mérovingiens. C’est pour cette raison qu’à la forme mesnil nettement postérieure, il semble plus judicieux de l’attribuer à l’utilisation de la racine men qui, en langue celte, signifie pierre. Cette pierre était tirée, jusqu’au siècle dernier, des nombreuses carrières de la côte.

Une autre incertitude tient en la présence ou non de l’accent porté. Ce n’est qu’en 1740 qu’apparaît la forme Ménilles qui lui donne un accent. Il se peut qu’alors, l’accent ait été ajouté par erreur sur des documents officiels. Bien que la dénomination de Menilles ou Ménilles ne soit pas administrativement définie, la forme actuellement utilisée est celle qui fut portée par la famille du même nom et transmise oralement par tradition – Menilles.

Depuis sa fondation, Menilles est façonné par ses habitants. Ceux qui y naissent, vivent, travaillent font son histoire. Jeunes et moins jeunes, à nous tous revient la lourde tâche de prendre soin des vestiges du passé en y construisant au mieux notre avenir.